Blog

Retour aux articles

Convaincre de passer à une démarche d’écoconception numérique

Partager

Catégories

2560

Convaincre de passer à une démarche d’écoconception numérique

Vous préférez écouter que lire ? Par ici 👇

Difficile de nos jours de ne pas se préoccuper des questions environnementales. Même quand il s’agit du numérique ! La consommation mondiale d’énergie consacrée au Web, à Internet représente environ 4% des émissions de CO2. Ça n’est pas une mince affaire. Et l’on sait vers quelles “conséquences” notre “inconséquence” pourrait bien nous mener.

Aussi ne semblerait-il pas superflu que chacun d’entre nous, acteur du numérique, puisse consacrer une partie de son temps et de son énergie à réduire l’empreinte carbone que nos productions à tous génèrent sur cette planète.

La question qui devrait alors vous tarauder à cet instant précis devrait donc être : “Oui, mais comment faire ?”

Comment faire, oui.

Si j’ai bien appris une chose depuis que j’existe, c’est qu’il existe toujours quelque part dans le monde quelqu’un qui a une solution pour vous. Et que, grâce au Web, trouver ce quelqu’un est devenu aussi facile que de trouver un ballon de foot dans une botte de foin. (c’est dire).

Notre ballon de ce jour s’appelle Tom Greenwood, un britannique, à la tête d’une agence de design, et il a écrit un livre, d’après sa thèse, entièrement consacrée au sujet : Sustainable Web Design.

Si vous ne l’avez pas encore eu entre les mains, je vous conseille vraiment de vous précipiter chez votre libraire préféré et de vous en commander un exemplaire. Le livre de Tom Greenwood, le bien nommé, est une somme – heureusement pas trop épaisse – que tout bon citoyen numérique concerné par l’environnement et le numérique devrait lire.

Tous les aspects de la consommation numérique y sont passés au peigne fin et bon nombre de recommandations y sont faites pour transformer votre entreprise numérique en entreprise numérique verte. Parmi elles, un bon nombre a trait à la conception de sites éco-responsables. Question, ici, qui nous intéresse au plus haut point. Puisque c’est là notre raison d’être. Créer et améliorer l’UX des sites. En plein dans le mille !

Nous pouvons donc agir pour sauver la planète par la grâce de nos outils numériques et offrir des expériences qui soient aussi plaisantes que vertes. Quelle belle et formidable nouvelle ! En ne changeant rien à nos métiers, mais en prenant en compte les recommandations de Tom, il nous devient possible de devenir de véritables anges de la transformation. D’un numérique gourmand en énergie et sale en CO2, nous allons pouvoir agir pour en faire un numérique frugal et propre. Objectif d’importance, s’il en est.

Mais au sein de votre entreprise, comment faire ?

Adopter une démarche d’éco-conception ne peut se faire sans changement et sans une voix venue dans haut qui vous dira : “Je veux que ce site soit aussi propre et léger qu’une plume virevoltant au vent.”

On ne peut changer sans volonté, et cette volonté doit être commune, partagée avec tous, et avalisée par les gens venus d’en haut : votre hiérarchie. Même si la démarche d’éco-conception ne bouleverse pas le champ des compétences des collaborateurs amenés à y participer, une certaine orientation, un discours doivent être distillés pour que le changement puisse être mis en œuvre. Et il y faut y mettre une certaine obstination. Comme toujours, pour ce genre de sujet, les choses ne vont jamais de soi. La maison brûle, mais les pompiers sont assez paresseux.

Mais quels arguments préparer pour convaincre et mettre en marche le changement ?

Tom Greenwood le dit sans ambages. Après avoir tenté de jouer sur la fibre responsable, sur celle de l’amour de la planète, de la sauvegarde de l’Humanité ou de l’avenir de nos enfants, il s’est rendu compte que les arguments les plus convaincants étaient finalement ceux qui joignaient le plus directement les intérêts des décideurs.

Ne parlez pas de sentiments, parlez de bénéfices.

Un site léger consommera moins d’électricité et générera moins de CO2, mais il sera aussi et surtout plus performant, plus rapide, et améliorera le taux de transformation (si c’est un site de ecommerce).

Une démarche éco-responsable impliquera un renouvellement moins fréquent du matériel pour développer un site : économies !

Etc.

Tom égrène ainsi une liste d’une dizaine de raisons, toutes plus malines que les autres, qui pourraient bien achever de convaincre votre chef, votre n+1, votre C-level, ou vous même, si vous êtes votre propre chef. Achetez le livre, c’est à la fin 😉 Et vous verrez qu’il n’existe pas vraiment de raison de s’opposer à une démarche d’éco-conception. Pour une raison de bon sens, c’est que les bénéfices qu’on en retire peuvent directement se transformer en bénéfices pour l’expérience utilisateur. Et vice-versa d’ailleurs. Profondément épatant !

Je finirai avec une note légèrement publicitaire.

Si d’aventure, j’avais eu ici la chance de susciter en vous un désir irrépressible et une curiosité d’en savoir plus sur le sujet, il se pourrait bien alors que vous ayez besoin d’un plus petit que vous pour vous aider et vous accompagner dans une démarche qui implique non seulement une certaine préparation, mais aussi un certain nombre de compétences.

De la conception à l’intégration, jusqu’au développement, notre agence possède en elle tout le savoir et tous les bras et cerveaux pour vous faire avancer.

Mais faites-vous votre propre opinion. Interrogez d’autres agences, renseignez-vous, lisez le bouquin de Tom Greenwood, réfléchissez, posez-nous des questions, convainquez vos patrons (ou vous-même). Quand vous saurez ce que vous voudrez, alors revenez vers nous. Je suis sûr que nous saurons vous rendre exactement les services dont aurez besoin pour répondre à l’urgence écologique.

Bonne journée ! 😉



Cet article vous a plu ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez notre actualité et plus de contenus sur l’expérience utilisateur.  😉


Auteur
Olivier Sauvage
Olivier Sauvage

Olivier Sauvage également appelé CapitaineCommerce, est un expert e-commerce reconnu et spécialisé dans l'expérience utilisateur digital. Aujourd'hui, il intervient en tant que consultant pour les grands groupes internationaux de retail dans l'optimisation de tous leur canaux de communication digitale mais aussi en tant que conférencier pour les grands événements digitaux.