Blog

Retour aux articles

Tests utilisateurs “faits maison” : une fausse bonne idée ?

Partager

Catégories

1050

Tests utilisateurs “faits maison” : une fausse bonne idée ?

Les tests utilisateurs “faits maison” pêchent souvent par manque de méthodologie

De l’humble avis des spécialistes de l’UX, rien ne vaut un test utilisateur, la meilleure méthode pour bien comprendre et analyser une interface de site web ou d’application (ou d’intranet). De plus en plus employés dans les grandes entreprises, les PME-TPE restent méfiantes vis à vis d’un outil qui leur paraît coûteux et lourd à mettre en oeuvre. Et souvent la tentation est grande pour elles de faire soi même le test avec les moyens du bord.

Personne ne nie la valeur d’une approche “guerilla”, comme on se plait à le dire, mais que cela n’empêche pas d’adopter un minimum de méthodes ou de contraintes. C’est souvent là que les tests utilisateurs “faits maison” pêchent.

  • Le recrutement des testeurs est fait parmi les collègues
  • Aucun protocole de test n’est écrit
  • La récolte des données se fait sans prise de recul
  • La conduite des tests est faite sans respecter le minimum des bonnes pratiques en la matière

En apparence “facile”, le test utilisateur nécessite beaucoup de préparation

Les biais sont nombreux et un simple article de quelques lignes ne suffirait à les énumérer tous. Et pourtant, il ne m’est pas si rare d’entendre encore des chefs de projets, des directeurs ou d’autres responsables, balayer du revers de la main une proposition élaborée de test utilisateur en affirmant haut et fort qu’ils le feront eux mêmes, comme si cela était aussi facile que de tirer un penalty au foot.

C’est une véritable erreur de penser qu’une personne non préparée à la conduite de test utilisateur pourra arriver à tirer des résultats sensés d’une méthode qui, à première vue, parait abordable à tout le monde, mais qui, en réalité, nécessite une bonne préparation, ainsi que des techniques de conduite d’entretien et d’analyse plus poussées qu’elles n’en ont l’air à première vue.

Pourquoi cela ?

Il suffit pour se rendre compte de la difficulté de mener un test de lire l’abondante littérature qui y est consacrée. Je ne citerai que deux ouvrages qui ont ma préférence, mais qui en disent suffisamment long sur ce qu’il faut faire et en pas faire en la matière.

  • Rocket Surgery Made Easy, de Steve Krug (malheureusement pas traduit en français)
  • Méthode de design UX, par Carine Lallemand et Guillaume Gronier. Excellente compilation de nombreuses méthodes UX

N’importe quel esprit intelligent se rendra compte alors de l’inanité de vouloir conduire un test sans connaître un minimum les méthodes qui permettent de recueillir des enseignements valables.

Faut-il être un spécialiste pour faire un test utilisateur ?

La bonne nouvelle est que : non. Bien au contraire ! Tout le monde peut faire des tests à conditions de suivre la bonne méthode. Et c’est même ce que nous recommandons pour peu que les personnes menant les tests aient conscience qu’il s’agit plus de tests de routine, de validation d’interface, d’exploration, que de tests permettant d’élaborer une feuille de route d’optimisation ou de réaliser un audit complet de site internet.

La frontière entre les deux est ténue, mais elle est bien perceptible.

Tester un prototype rapidement réalisé avec 2 ou 3 personnes étrangères à votre société peut être extrêmement enrichissant.

Tester un parcours de commande sur un site ecommerce avec quelques clients (même à distance) peut vous apprendre beaucoup plus que vous ne l’imagineriez.

Oui, une équipe non experte, peut tout à fait mener ce genre de projets. Que vous soyez dans une startup, une PME ou même une petite équipe projet au sein d’un grand compte, faites-le !

 



Cet article vous a plu ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez notre actualité et plus de contenus sur l’expérience utilisateur.  😉


Auteur
Olivier Sauvage
Olivier Sauvage

Olivier Sauvage également appelé CapitaineCommerce, est un expert e-commerce reconnu et spécialisé dans l'expérience utilisateur digital. Aujourd'hui, il intervient en tant que consultant pour les grands groupes internationaux de retail dans l'optimisation de tous leur canaux de communication digitale mais aussi en tant que conférencier pour les grands événements digitaux.