Blog

Retour aux articles

SMX Paris : du SEO à l’UX, il n’y a qu’un pas.

Partager

Catégories

2048

SMX Paris : du SEO à l’UX, il n’y a qu’un pas.

Qu’allions-nous faire au SMX Paris, un évènement dédié au SEO ?
Eh bien, parler SEO et UX, justement, avec nos amis de l’agence WAM, une des meilleures agences SEO en France.
Et qu’a-t-on bien pu y raconter ?
Bah, vous ne devinez pas 🤔 ?

Notre postulat : le SEO ne devrait pas s’intéresser qu’au ranking des sites. Il devrait aussi faire attention à ce qui se passe après le clic sur la SERP.

L’UX comme moyen de capter l’attention et…


L’utilisateur est-il content de ce qu’il y voit ? Y trouve-t-il son saoul ? Y reste-t-il ? Et pendant combien de temps ? Est-il engagé ? La page qu’il voit le satisfait-il, lui plait-elle ? Va-t-il y continuer sa navigation ?
C’est ce sujet que nous avons abordé avec David Eichholtzer, le patron de WAM. Comment faire pour que, après que l’utilisateur ait cliqué sur un résultat de recherche, il reste sur la page qu’il va visiter ?

Malgré tout l’art que déploient les SEO, construire une page qui « scotche » l’utilisateur reste un métier. Créer une landing page s’apprend et requiert d’autres qualités que celles de faire du ranking. On a besoin de comprendre l’intention de l’utilisateur et lui offrir un espace où il puisse respirer, ne pas être étouffé par trop de textes, avoir des espaces pour permettre à son regard de s’échapper, des photos engageantes, immersives, pleines d’émotions, que l’ensemble lui paraisse clair, facile, qu’il ait envie d’y cliquer. Un équilibre délicat à trouver.

David l’a bien expliqué. L’utilisateur n’est pas un être rationnel, censé, suivant un trajet rectiligne de l’intention d’achat à l’achat, parfaitement clair avec lui-même et conscient de ses intentions. La réalité est tout autre, faite d’hésitations, de doutes, d’aller-retours, de chemins de traverses, de sauts en arrière ou en avant. C’est un cabri qui virevolte d’un point à un autre (plus de cent fois parfois pour faire un achat), indécis, imprécis, volage, volatil, qu’il est bien difficile d’attraper, de saisir. La complexité à comprendre sa trajectoire va croissante et rares sont les occasions de l’attirer et de capter ton attention.

A gauche, le parcours utilisateur en théorie. A droite, le parcours utilisateur dans la vraie vie : un chaos.

D’où l’utilité croissante de savoir « accueillir » comme il se doit le visiteur intempestif d’une page :

  • En créant des landing pages au contenu en adéquation avec l’intention,
  • En formatant ces landing pages comme de véritables espaces d’accueil visuels dans lequel l’utilisateur est immédiatement engagé.

A cette aune, l’apport de l’UX parait évidente. Plusieurs fois nous avons parlé de landing pages ici. Plusieurs fois nous avons évoqué le besoin de simplicité, d’apparente facilité visuelle, d’attractivité, de séduction, de clarté dans la mise en page. De tous ces éléments qui font que l’utilisateur reste et ne revienne pas en arrière.
Important à une époque où capturer l’attention de l’utilisateur devient un enjeu de plus en plus complexe. Comment le saisir alors que sur son écran de téléphone minuscule, il a du mal à garder sa concentration sur un sujet unique ? Des notifications aux évènements externes aux multi-tasking, elle est sans cesse perturbée et l’attention mise à mal par un flot presque continu d’inputs extérieurs.

… comme moyen de créer des expériences engageantes !

Richesse de l’expérience aussi. Car il ne s’agit pas juste de captiver, mais aussi de garder, de conserver.

C’est par ce deuxième volet de l’expérience utilisateur que nous avons voulu conclure avec David. Comment rendre l’expérience attractive ? Comment transformer chaque visite comme une mini-aventure ? Le contenu ne doit plus être anodin. Il doit être riche, entraînant, presque divertissant. Habitués aux surprises des réseaux sociaux, les utilisateurs sont toujours en quête constante d’étonnement, d’inhabituel, de nouveauté. Même si on peut se douter qu’il ne s’attendent pas à une attraction de Disney sur une landing page d’assurance, il n’empêche que leur procurer une sorte d’émotion, un décalage avec leurs attentes, un trait d’humour peut les faire sortir de leur lassitude et capter leur attention, cette si précieuse attention.

Un exemple de landing page engageante. Cliquez sur l’image pour voir l’expérience.

Le SXO : un mythe

Le SXO, cet animal étrange, n’existe pas.

Le SXO, contraction d’UX et SEO, est un terme à la mode actuellement, mais nous avons largement démontré avec David qu’il n’existe pas. Offrir une bonne UX reste un métier d’experts et nécessite une connaissance et une capacité d’observation que ne possède pas les experts SEO. Concevoir des landing pages, créer des expériences est l’apanage des experts UX, mais il peut et doit être accordé avec les besoins de SEO. Pour aller plus loin que la simple sémantique des mots clés et la connaissance approfondie de l’algorithme de Google. C’est le cran supérieur du SEO.

Wexperience est une agence qui peut vous accompagner dans de nombreuses prestations de construction de pages de site. Découvrez-les :

Refonte de siteCréation de l’identité de marqueCo-conception de parcours utilisateur Tests utilisateurs

 

Toutes nos méthodes peuvent être appliquées au SEO et transformer vos résultats en termes de conversion et de rétention sur vos sites ou apps. Consultez-nous !

Vous êtes intéressé par l’une de nos prestations ? Vous souhaitez obtenir plus d’informations ? N’hésitez pas à contacter Steve, notre directeur commercial :

Contacter Steve, notre directeur commercial !
Photographie à la une par @SistrixFR.


Cet article vous a plu ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez notre actualité et plus de contenus sur l’expérience utilisateur.  😉


Auteur
Olivier Sauvage
Olivier Sauvage

Olivier Sauvage également appelé CapitaineCommerce, est un expert e-commerce reconnu et spécialisé dans l'expérience utilisateur digital. Aujourd'hui, il intervient en tant que consultant pour les grands groupes internationaux de retail dans l'optimisation de tous leur canaux de communication digitale mais aussi en tant que conférencier pour les grands événements digitaux.