Blog

Retour aux articles

La paresse de l’abondance

Partager

Catégories

2560

La paresse de l’abondance

J’imagine qu’en lisant ce titre, vous vous demandez un peu de quoi je vais bien pouvoir parler. Et qu’est-ce que cela peut bien avoir à faire avec l’UX ?

Je vais vous répondre…

Mais avant, j’aimerais vous raconter une histoire.

Remontons un peu le temps…

Une histoire comme seuls les plus vieux d’entre nous, les sages parmi les sages, les anciens… Enfin, bref, ceux qui ont été un peu adulte avant l’an 2000, se souviennent 🙂

De quoi s’agit-il ?

Mon premier job dans le Web, je m’en souviens très bien, avait été de créer des bannières publicitaires. Des petits bandeaux rectangulaires en gif, animés ou pas, qui devaient ensuite être placés à la main sur des sites à fort trafic, et qui étaient ensuite censés rapporter du clic sur le site web de ma société.

J’étais monsieur bannière.

Et je devais en produire à la pelle.

Je vous avoue, c’était assez amusant à faire, et je me régalais presque à imaginer des petites animations, à faire passer des messages ultra-courts sur une surface minuscule. C’était un vrai challenge !

J’y avais même trouvé quelque chose d’encore plus excitant que la création des bannières : c’était leur optimisation.

En ce temps là (certains qui me lisent ici n’étaient peut-être pas nés), le numérique était une denrée limitée. Je veux dire qu’il n’était pas possible, comme aujourd’hui, de se gaver de vidéos, de télécharger des docs plus grosses que l’annuaire ou écouter de la musique en continu, car, ce qu’on appelait la bande passante avait un coût qui, pour le particulier, comme pour l’entreprise, pouvait vite devenir astronomique.

En ce temps, on payait l’abonnement au Web. Comme on paye aujourd’hui le forfait téléphonique. Et, en le faisant payer, on ne pouvait pas se permettre de faire perdre du temps aux utilisateurs. Il fallait, comme aujourd’hui, que les choses se chargent vite, s’affichent vite… d’autant, et c’était le deuxième facteur contraignant, que les débits des robinets internet lorsque vous les ouvriez n’étaient pas “de ouf” comme dirait ma jeune belle-fille de 15 ans. On surfait à peine à 56k/s, comparé à plus de 6 ou 7 Mo aujourd’hui, si ça n’est pas plus, quand vous avez de la chance.

Sur les autoroutes de l’information, on roulait le plus souvent en deuche.

Mais revenons-en à mes bannières.

Comme j’étais encore un jeune bleu du Web et qu’on pouvait tout me demander sans que je bronche, mon patron m’avait donné une contrainte qui semblerait totalement impossible aujourd’hui.

Je devais faire des bannières de moins de 16ko.

Oui, 16ko.

Vous avez bien lu.

Alors que le moindre gif animé aujourd’hui fait plusieurs Mo. Je devais me débrouiller pour que chaque gif ait la légèreté d’une plume virevoltant au vent.

Cela paraissait presqu’impossible d’y arriver.

Mais j’y arrivais.

Je passais un temps fou à optimiser chaque bannière. Je créais des animations utilisant aussi peu de pixels que possible, limitais drastiquement le nombre de couleurs, diminuait le nombre d’éléments visibles, évitait les dégradés, les formes rondes, les photos…

J’avais une palanquée d’astuces pour arriver à mon but.

Et j’y arrivais toujours.

Pourquoi est-ce que je vous raconte cela ?

Le fin mot de l’histoire ?

Je suis en train de lire un livre : Sustainable Web Design. Il y est fait mention de l’évolution du poids des pages web. Celui-ci a augmenté en moyenne de 30% entre 2017 et 2020.

Et je ne vous raconte pas de combien entre 2000 et 2020. Mais je pense que là, on en est carrément au stade de l’hyperobésité.

Qu’importe, me direz-vous, puisque dans le même temps les débits, les machines, les tuyaux qui transportent les données, tout a augmenté. Et il n’y a aucun problème à afficher des gif de 20Mo, télécharger en quelques secondes des vidéos d’1Go ou écouter de la musique en streaming.

Et vous voyez maintenant ce que veut dire mon titre.

En augmentant le débit et la puissance du réseau, nous avons pris de mauvaises habitudes.

Je ne dis pas que revenir à l’an 2000 serait une bonne chose. Je dis que nous nous sommes habitués à un tel confort, à une telle abondance gratuite de données, que nous ne faisons absolument plus attention au gaspillage que nous générons.

Il y a 20 ans, c’était la disette. Aujourd’hui, c’est la corne d’abondance.

Mais est-ce pour autant mieux ?

Un des soucis qu’a engendré ce changement, c’est que pratiquement plus personne ne fait attention au poids des médias et du code que nous créons. Quand je dis plus personne, je parle des développeurs et des designers.

Alors oui, pour des raisons de bande passante, certains développeurs font assez attention au code qu’il génère et passent même du temps à l’optimiser.

Qu’en est-il des designers ?

Que l’un d’entre eux se lève et ose me dire qu’il a eu la préoccupation de penser optimisation la dernière fois qu’il a designé un interface. (Oui, bon, il y en a peut-être quelques uns, mais combien ?)

Nous avons souvent parlé optimisation dans ce blog, et il me semble important aujourd’hui, à nouveau, à la lecture de Sustainable Web Design, à quel point les designers devraient être plus préoccupés à rendre leur travail, nous dirons, éco-compatible, même si ça n’est pas la seule vertu d’un design léger.

Laisse-moi vous les rappeler :

  • des pages légères, c’est bien sûr de l’énergie électrique en moins dépensée (et ça sauve la planète, yahou !)
  • mais c’est aussi des pages qui se chargent et s’affichent plus rapidement dans toutes les conditions
  • ce sont aussi des interfaces plus simples, plus épurées, plus confortables favorisant un meilleur engagement de la part des internautes

C’est trois bénéfices en un !!!

Pas mal 😉

Vous voulez en savoir plus sur l’éco-conception ? Ça tombe bien ! J’ai un super article qui devrait vous intéresser. Pour le lire, cliquez ici 👈

Que pourriez-vous retenir de cette leçon ?

L’important, me semble-t-il, est bien sûr de garder à l’esprit qu’il est indispensable de s’intéresser à la lourdeur des choses que produisent les designers et les codeurs, et à faire la chasse à la graisse numérique. C’est une chose qui parait évidente, mais dont on se préoccupe assez rarement en début de projet ou à laquelle on commence à s’intéresser une fois qu’un site est mis en production.

La deuxième chose, c’est qu’il ne suffit pas d’y penser, mais qu’il faut aussi mettre en place les moyens de parvenir à s’améliorer.

J’avais déjà écrit un article là dessus. Pour le consulter, cliquez ici 👈

Il y décrivait l’importance de faire travailler de concert designers et développeurs pour développer des interfaces légères, fluides et réactives.

C’était un premier point.

Le deuxième, c’est que cela ne pouvait se faire sans indicateurs précis.

C’était la dernière chose que je souhaitais vous dire : que pour parvenir à progresser sur la voie de la légèreté, cela ne pouvait se faire sans indicateurs précis et partagés entre toutes les équipes.

Je vous renvoie à nouveau à mon article à ce sujet, vous y trouverez les solutions qui vous permettront de le faire.

Très bonne journée ! 😉



Cet article vous a plu ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez notre actualité et plus de contenus sur l’expérience utilisateur.  😉


Auteur
Olivier Sauvage
Olivier Sauvage

Olivier Sauvage également appelé CapitaineCommerce, est un expert e-commerce reconnu et spécialisé dans l'expérience utilisateur digital. Aujourd'hui, il intervient en tant que consultant pour les grands groupes internationaux de retail dans l'optimisation de tous leur canaux de communication digitale mais aussi en tant que conférencier pour les grands événements digitaux.