Blog

Retour aux articles

Pourquoi les utilisateurs préfèrent les ordinateurs pour réaliser des tâches importantes ?

Partager

1500

Pourquoi les utilisateurs préfèrent les ordinateurs pour réaliser des tâches importantes ?

Dans un intéressant article sur l’usage des écrans aux Etats-Unis, Norman Nielsen Group (NNG), une agence spécialisée dans l’UX, nous rappelle à quel point les usages peuvent être plus complexes que ce qu’on imagine souvent.

 

Sous le titre « Large Devices Preferred for Important Tasks », on y apprend que malgré le boom du mobile, beaucoup d’utilisateurs préfèrent encore leur ordinateur pour réaliser les tâches les plus importantes sur un site web ou un site applicatif. Information qui intéressera sans doute les UX designers pour qui, pendant des années, l’antienne avait été « Mobile First »…. First, oui, mais pas tout le temps finalement, et pas avec n’importe qui…

 

Pourquoi les tâches les plus importantes sont-elles réalisées sur ordinateur ?

Selon une méthodologie bien décrite (remercions NNG pour ce partage de connaissance), il apparait donc que pour l’échantillon représentatif testé (des habitants d’Amérique du Nord), les tâches les plus importantes sont le plus souvent réalisées sur ordinateur. Pour plusieurs raisons que NNG éclaire par la suite, mais que l’on peut déjà énumérer :

  • Les tâches les plus importantes sur un site ne sont pas toujours disponibles sur une interface mobile
  • La perception des tâches importantes est considérée d’emblée comme trop compliquée sur mobile par les utilisateurs et ils pensent qu’il vaut mieux les réaliser sur ordinateur

En fait, les utilisateurs, ayant une certaines expérience des terminaux mobiles, savent que ceux-ci sont plus promptes à l’erreur et préfèrent donc réduire le risque d’échouer à une tâche sur un terminal plus efficace, ergonomiquement parlant.

 

 

gif-tâches-mobile

Un soucis avec le scroll Charlie ?

 

 

Les smartphones ont fait beaucoup de progrès et permettent des tâches complexes, mais….

On peut être étonné de cette persistance de l’usage de l’ordinateur, car les progrès technologiques des smartphones ont été importants ces dernières années :

  • Les smartphones d’aujourd’hui sont bien plus grands et plus puissants que ceux d’il y a quelques années : leur RAM s’est quasiment multiplié par 30 et leurs écrans atteignent en moyenne la taille de 7 pouces

 

25 ans d'évolution du mobile
25 ans d’évolution du mobile
  • L’usage mobile s’est largement répandu et les utilisateurs y sont bien plus habitués qu’il y a quelques années. Une étude récente de NNG a d’ailleurs montré que la lecture sur mobile qui était source d’erreurs de compréhension ne l’est plus aujourd’hui. Une personne comprend aussi bien un texte sur mobile aujourd’hui que sur ordinateur.
    • Beaucoup de personnes préfèrent même aujourd’hui lire sur mobile
    • Des tâches de plus en plus complexes ont été intégrées sur mobile. Par exemple, on peut très bien (aux US en tout cas) souscrire à un prêt uniquement avec son téléphone portable
    • Les apps pour certains services sont bien plus efficientes que leurs pendants sur ordinateur. Prenez la consultation d’un solde de compte en banque : il est bien souvent plus facile de le faire via votre app mobile que sur ordinateur.

 

Cet article vous est présenté par Wexperience, l’agence d’ergonomie digitale. Pour en savoir plus sur nos prestations, cliquez ici

 

…la petite taille des écrans et leur interface de saisie restent leurs gros point faible.

Mais toutes ces améliorations, d’après NNG, semblent encore insuffisantes pour de nombreux utilisateurs.

    • En dépit de tout, on ne peut pas dire que la taille des écrans mobiles soient optimum pour conduire des tâches complexes : 7 pouces ou moins en moyenne contre 32 pouces pour un écran d’ordinateur signifie moins de contexte à l’écran et une plus grande charge cognitive
    • Taper sur mobile demeure toujours aussi pénible, malgré l’apport du correcteur orthographique ou la reconnaissance vocale dont la précision reste encore à améliorer
    • Le multitasking reste l’exception sur mobile. Essayez de séparer en deux votre écrans sur mobile et vous en ferez vite l’expérience. Cette limitation empêche de se référer facilement à plusieurs sources d’information et conduire des tâches complexes.

 

Tout ceci explique que pour des tâches ayant des buts précis et des enjeux de réussite importants, les utilisateurs préfèrent encore se tourner vers l’ordinateur (pour peu qu’ils en possèdent un, ce qui n’est pas le cas forcément des générations les plus jeunes).

La praticité du smartphone le place en premier dans les usages, mais l’ordinateur résiste

Evidemment, comme le rappelle NNG, le contexte d’utilisation influe aussi fortement sur les pratiques. Être en mobilité avec son smartphone ne permet pas de conduire des activités de « long terme » contrairement à l’ordinateur que l’on va utiliser au bureau ou à domicile en étant bien installé.

 

En mobilité, les situations multiples d’utilisation du smartphone sont souvent des bouche-trous pour s’occuper (faire la queue, prendre les transports en commun, discuter avec des gens ennuyeux 🙂 ). Et même si les utilisateurs peuvent parfois se lancer dans des tâches importantes dans ce genre de situation, ils préfèrent souvent les terminer sur un ordinateur (trouvaille que nous avions nous même faite chez Wexperience lors de nombreux tests utilisateurs).

 

D’après NNG, tout cela ne signifie pas que les utilisateurs ne tentent pas de réaliser des tâches importantes sur smartphone, ce dernier étant dans la majorité des cas leur appareil favori pour accéder à Internet (ils le privilégieront toujours par rapport à l’ordinateur).

 

Cet article vous est présenté par Wexperience, l’agence d’ergonomie digitale. Pour en savoir plus sur nos prestations, cliquez ici

 

Conclusion

Au moment de la conception d’un site, les UX designers se doivent donc de faire des choix éclairés à la lumière de ces enseignements. Et la question la plus primordiale demeure : faut-il intégrer les tâches les plus complexes et les plus importantes systématiquement sur mobile ? La réponse dépend peut-être des web analytics : quelle est la part de trafic mobile pour votre site ?

 

Elle dépend aussi de tests utilisateurs qui peuvent être menés dans une phase très en amont d’un projet. Mais dans tous les cas, assurez-vous qu’à la fin vous n’offriez pas une expérience détestable en essayant à tout prix d’offrir un maximum de fonctionnalité sur mobile. Parfois, il ne faut sans doute pas hésiter à renvoyer les utilisateurs vers d’autres canaux (ordinateur, téléphone ou autre).

 

Bonne chance 😘 !

 



Cet article vous a plu ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez notre actualité et plus de contenus sur l’expérience utilisateur.  😉


Auteur
Olivier Sauvage
Olivier Sauvage

Olivier Sauvage également appelé CapitaineCommerce, est un expert e-commerce reconnu et spécialisé dans l'expérience utilisateur digital. Aujourd'hui, il intervient en tant que consultant pour les grands groupes internationaux de retail dans l'optimisation de tous leur canaux de communication digitale mais aussi en tant que conférencier pour les grands événements digitaux.